La fabrication des professions de foi des élections législatives, de 1978 à 1993 Questions à Bernard Poignant

Bernard Poignant, homme politique socialiste enraciné à Quimper (Finistère) a été élu à de nombreuses reprises comme conseiller municipal (de 1983 à 2008), maire de Quimper (de 1989 à 2001 puis de 2008 à 2014), député du Finistère (de 1981 à 1986 puis de 1988 à 1993), conseiller général du Finistère (de 1988 à 1989), conseil régional de Bretagne (de 1981 à 1988) et député européen (de 1999 à 2009). Il répond aux questions d’Odile Gaultier-Voituriez, docteur en histoire, enseignante à Sciences Po, responsable de la coordination archivistique et documentaire du CEVIPOF et du CHSP et co-responsable du projet Archelec4 au titre du CEVIPOF.

Bernard Poignant, pouvez-vous nous retracer brièvement votre parcours politique ?
Jusqu’à mes 17 ans, j’étais “enfermé” dans des institutions catholiques comme pensionnaire en Bretagne. Je n’avais aucune information. J’ai deux souvenirs politiques pendant cette période de ma vie. En 1958, j’ai 13 ans, lors de l’étude, le surveillant entre : « ça y est, nous avons un gouvernement ». La politique se résume alors à ça. Dans ma classe de philo, on nous apprend que les accords d’Evian sont signés. En 1962, c’était le soulagement, on n’irait pas en Algérie. Nous sommes contents que le général de Gaulle ait mis un terme à la guerre d’Algérie. Je m’éveille à la vie politique à l’université de Rennes. Je ne suis ni de gauche ni de droite. Mon milieu du Morbihan n’est pas la gauche. Il ne faut pas être anachronique et ne pas s’inventer une opinion qui n’est pas encore construite. Ma préoccupation, c’est d’abord mes études d’histoire et obtenir le CAPES en 1967. Je prépare ensuite l’agrégation que j’obtiens en 1970, à 24 ans. Le seul engagement politique que j’ai eu alors, c’est en 1965, pour la présidentielle des 5 et 19 décembre : avec des amis, dans la commune de Locminé dans le Morbihan, nous collons des affiches de Mitterrand et de Lecanuet. Je tâte du syndicalisme à l’Education nationale. Je suis la vie politique, je m’intéresse à ce qui se passe dans le Parti socialiste, la force d’alternance qui se construit. J’avale l’union de la gauche car l’idéologie communiste et le parti qui l’incarne n’ont jamais été mon fort. Je suis un sympathisant, je vais à des réunions publiques. L’acte politique pour moi, c’est l’adhésion au Parti socialiste en septembre 1974, cela correspond à la défaite prometteuse de Mitterrand. On sent que le mouvement est positif. Ça correspond à l’arrivée de Michel Rocard et de Jacques Delors. Je vais aux réunions. Un événement malheureux se produit, en août 1975, la mort du secrétaire de section de Quimper dans un accident de voiture en Espagne. On vient me demander de le remplacer. J’avais commencé une thèse. J’hésite avec ma femme – que j’avais épousée en 1967. Je savais que ce serait un changement de vie. Je m’interroge sur mes capacités à assurer cette fonction. J’y vais – et je commence mes cahiers. C’est une fonction importante à l’époque dans une ville. Le Parti socialiste est encore faible en Bretagne. Les candidatures sont arrivées presque naturellement, en 1977, pour les municipales, et en 1978 pour les législatives. Le processus se met en route. Je deviens député en 1981. Il y a alors un grand respect de ceux qui ont fait des études. Ensuite, tout s’enchaîne. Je contribuais à l’ancrage d’une famille politique modérée réformiste en Bretagne, avec beaucoup d’enthousiasme. La démocratie a besoin d’alternance. Le Parti socialiste devait dépasser le Parti communiste. En Bretagne, on est très influencés par le christianisme social. Je suis du côté Rocard.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous engager en politique ?
Les études d’histoire m’ont amené à l’intérêt politique du moment. Ma femme a beaucoup compté. Elle a beaucoup sacrifié. C’est un travail de couple. Nous partageons les mêmes engagements. Je lui montre mes projets de discours et lui fais fréquemment relire mes textes pour obtenir son avis. J’en tiens souvent compte.

Vous avez été candidat à cinq reprises aux élections législatives, en 1978, 1981, 1988, 1993 et 1997. Vous avez été député de la 1ère circonscription du Finistère de 1981 à 1986 et de 1988 à 1993. Pouvez-vous évoquer ces campagnes électorales ?
J’ai été candidat 18 fois, de 1977 à 2014. Et sur mon nom comme tête de liste, 15 fois. J’ai été candidat trois fois sur liste, en 1994 – Rocard – et 1999 – Hollande pour les européennes et et une fois, en 2004, comme tête de la liste interrégionale du Grand Ouest. En 1986, pour les régionales, j’étais sur la liste de Le Pensec. Je ne me projetais pas dans une carrière. En 1986 et 1993, après avoir perdu aux législatives, j’ai repris mon poste de professeur agrégé d’histoire (PRAG) entre Brest et Quimper. J’avais toujours un mandat. Les campagnes ne se ressemblent pas. Les scrutins ne sont pas les mêmes. Les municipales de 1977, je ne les gagne pas, mais on est dans la grande vague où on se rapproche de 1981. C’est une élection assez politique. En 1983, c’est la sanction du pouvoir en place. J’ai eu toujours du plaisir à mener les campagnes, sauf une : les législatives de 1993. Je suis député sortant. Je sens que les Français ne veulent plus de nous. Il y a un chômage énorme et les affaires comme Urba ou le sang contaminé. Aux législatives de 1978, j’ai fait 53 réunions publiques et 5000 visites en porte-à-porte. J’étais motivé, je n’ai pas gagné mais nous sommes passés devant le candidat communiste ; j’ai vécu ça comme une victoire. On était dans le mouvement.

Elections législatives du 12 mars 1978 (1er tour). Profession de foi de Bernard Poignant et Jean Folgoas, Parti socialiste. Cote : EL103.
Documents consultables sur Internet Archive.

Plus précisément, comment avez-vous préparé vos professions de foi des élections législatives ? Vous-même ? Collectivement ? Quel était le fil directeur du contenu ? Quel lien avez-vous fait entre texte et image ? Avez-vous confié l’impression à un imprimeur
local ? Comment le logo était-il composé ?
J’ai rédigé tous mes textes pour les professions de foi. Je les faisais lire à quelques personnes, à ma femme, mon suppléant et ma petite équipe de campagne.
En 1978 (et déjà en 1977 pour les municipales), c’est un ami graphiste qui a fait la maquette de presque toutes mes professions de foi et de tous les documents de campagne, de l’affiche au bulletin de vote en passant par les tracts et le journal de campagne. Beaucoup n’ouvrent pas l’enveloppe officielle. Si l’électeur ouvre l’enveloppe, il va regarder la profession de foi du candidat pour lequel il a envie de voter. La vraie bataille est entre les socialistes et les communistes. On va garder le talisman quand l’union de la gauche est rompue par les communistes en septembre 1977. François Mitterrand est Premier secrétaire. Il nous dit : « faites votre travail, ne vous occupez pas du résultat, s’il vient, ce sera de
surcroît ». C’est la première fois que le score des candidats socialistes dépasse celui des communistes.
Il faut faire une maquette simple, un texte lisible, une profession de foi attirante.
En 1981 et 1988, c’est différent : après une présidentielle, il faut donner une majorité au président : «une majorité pour le président». La ligne est simple. En 1981, on personnalise : je mets une grande photo sur la première page. On utilise la même page comme affiche. Les électeurs reconnaîtront le candidat. Il fallait garder une unité de tous les documents de campagne.

Elections législatives du 5 juin 1988 (1er tour). Profession de foi de Bernard Poignant et Pierre Faucher, Parti socialiste. Cote : EL175.
Documents consultables sur Internet Archive.

1988 : Pour la première fois, la profession de foi est en couleurs. Et nous sommes les seuls. Il y avait de petits autocollants « Mitterrand-Poignant » qui étaient à coller sur les rabats des boîtes aux lettres. Nous sommes les premiers à faire cela. Nous mettions les affiches sur des panneaux sur les ronds-points. Les automobilistes nous klaxonnaient. Cela constituait l’unité de la campagne. Au second tour, la structure de la profession de foi est la même, avec une lettre adressée aux électeurs au verso.
1993 est une élection qui arrive à son terme normal. C’est la plus pénible. L’objectif est de sauver les meubles : on sait qu’on va quitter le pouvoir. Ma profession de foi est une lettre aux électeurs. Il y a Poignant en biais avec une étoile, pour l’Europe, un an après le referendum de 1992.
Profession de foi, c’est un terme religieux, pour recevoir l’onction des saintes urnes. C’est le passage de la souveraineté divine à la souveraineté populaire. Administrativement, le terme est celui de « circulaire électorale ».
1997, c’est une élection surprise liée à la dissolution. Les électeurs ne comprennent pas.

Quelle évolution intellectuelle et matérielle avez-vous constatée ou mise en œuvre pour les professions de foi en quinze ans, de 1978 à 1993 ?
La personnalisation de l’élection est de plus en plus forte et une moindre importance est accordée à la profession de foi au fil du temps. Même s’il y a toujours une fraction du corps électoral qui va attendre ce document. Donc je ne l’ai jamais négligée. Il ne faut pas la charger en texte, d’où l’importance de la photographie. Pour le second tour, la profession de foi est rédigée en fonction du premier et très rapidement, le lundi, pour être remise à l’imprimeur le mardi avant 18 h. Il y a des figures imposées, comme le remerciement aux électeurs. C’est aussi le moment des négociations de désistements et des fusions de listes. La profession de foi et l’affiche officielle sont remboursées si on obtient plus de 5 % des voix. Il n’y a plus de texte sur les panneaux. Il y a donc une évolution parallèle. Cela assèche le débat public qui se fait par d’autres canaux, la télévision, la presse écrite puis les réseaux sociaux. Les candidats ne comptent plus sur les réunions publiques, sauf sur les grands meetings. Ils font plutôt des points de rencontre, vers 18 h 30.

Elections législatives du 21 mars 1993 (1er tour). Profession de foi de Bernard Poignant et Pierre Faucher, Parti socialiste. Cote : EL190.
Documents consultables sur Internet Archive.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.