Entretien avec Odile Gaultier-Voituriez, coresponsable du projet Archelec au titre du CEVIPOF, le Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Cet entretien a été réalisé le 17 avril 2019 avec Odile Gaultier-Voituriez, docteur en histoire, enseignante à Sciences Po et responsable de la coordination archivistique et documentaire du CEVIPOF et du CHSP. Au fil de dix questions, elle retrace les origines du projet Archelec 4 et montre tout l’intérêt que les fonds d’archives électorales françaises peuvent susciter pour la recherche.

Odile Gaultier-Voituriez.

EM : Que sont les archives électorales du CEVIPOF ?

OGV : Les archives électorales du CEVIPOF de Sciences Po se situent à la limite du fonds d’archives et de la collection. Il s’agit d’un fonds ou d’une collection qui a été constituée par les chercheurs pour la recherche, avant même la création du CEVIPOF.

C’est une collecte qui a commencé en 1958 : une lettre de François Goguel, président de la Fondation nationale des sciences politiques, datant de 1960, atteste d’un partenariat avec le ministère de l’Intérieur pour obtenir les professions de foi et les bulletins de vote, c’est-à-dire la propagande officielle, au moment de chaque élection législative. Il y avait donc déjà à Sciences Po un noyau qui travaillait sur la science politique, ce qui va aboutir à la création du CEVIPOF en 1960. Le fait que cette pratique existe de manière antérieure à la création du centre de recherche est un élément intéressant car cela montre que Sciences Po a toujours été attentif à ces questions depuis les travaux d’André Siegfried. Des chercheurs électoralistes ont commencé à utiliser ce matériel électoral pour pouvoir travailler dessus. Cela a donné lieu à une production scientifique très importante : des articles, des ouvrages individuels et beaucoup d’ouvrages collectifs.  

Outre la propagande officielle, d’autres matériaux ont été rassemblés au fil du temps au centre de documentation du CEVIPOF : les tracts officieux distribués sur les marchés, à la sortie du métro ou dans les boîtes aux lettres, affiches, objets, etc. D’autre part, les tracts politiques hors élections sont complémentaires des archives électorales. Il s’agit des tracts produits par de très nombreuses instances, notamment les partis politiques mais aussi les syndicats.

Enfin, au CEVIPOF est aussi conservé un troisième fonds d’archives : la sondothèque qui comprend plus de 25.000 sondages d’opinion papier et numériques  depuis les années 1950.

EM : Quel est le niveau de complétude du fonds des archives électorales ? Comment est-il classé ?

OGV : Pour les élections législatives jusqu’en 1993, on a un fonds presque complet. D’après Caroline Le Pennec, chercheuse à Berkeley, il nous manquerait 13% des professions de foi. D’après l’analyse que j’ai pu faire ensuite, dans ces 13%, il n’y a pas 13% de lacunes. Un test fait récemment aux Archives départementales de la Sarthe par un chercheur spécialisé sur les femmes élues dans la Sarthe montre que, parmi les professions de foi qui semblaient nous manquer, il y en avait certaines qui n’avaient même pas été publiées et certains candidats qui n’avaient obtenu aucune voix. Parfois ce sont de tout petits partis ou des candidatures individuelles de gens qui ont très peu de moyens. Un document que nous n’avons pas n’est pas forcément un manque : ce peut être un document qui n’a en fait jamais existé. Je vais faire un test avec les Archives nationales pour voir ce qu’il manquerait dans leurs fonds mais cela veut dire que nous avons plus de 85% des documents : c’est quand même un fonds très complet !

Après 1993, la collecte a été beaucoup moins importante. Pour les élections législatives, nous avons moins de professions de foi et de bulletins de vote. À mon arrivée, en 2004, j’ai lancé une collecte individuelle, c’est-à-dire en essayant de toucher les salariés de Sciences Po, les étudiants, notamment mes étudiants de master. Et puis j’ai touché tout mon réseau personnel, professionnel, amical et familial. Évidemment, il y a un biais : il s’agit plutôt d’une collecte dans les grandes villes et dans les zones favorisées de fait. On a pu le constater pour les départementales de 2015 à partir d’un travail effectué par des économistes qui ont prouvé que nous n’avions que 10% des professions de foi. Cette collecte est donc plus aléatoire.

Le classement a été pensé avant mon arrivée. Je l’ai maintenu parce que c’est le classement le plus logique pour un fonds toujours ouvert. Il n’a rien d’original mais il fonctionne très bien : il est fondé sur l’ordre chronologique. Si, par exemple, la même année il y a plusieurs élections, elles sont classées dans l’ordre des dates. Par exemple pour 2017, il y a eu l’élection présidentielle, puis les législatives. S’il y a des législatives partielles ou des municipales partielles, elles sont classées dans l’ordre chronologique. À l’intérieur de chaque élection, il y a toujours “avant”, “pendant”, “après”  le scrutin. Il y a tous les tracts officieux qui ont été diffusés avant la campagne officielle, puis la campagne officielle avec les professions de foi et les bulletins de vote (1er et 2e tour) et cela en respectant aussi la chronologie. Et puis il peut y avoir des documents postérieurs au scrutin : les résultats dans la presse et les travaux des chercheurs. Parfois, surtout récemment, nous avons récupéré quelques objets : des pin’s, des T-shirt, des ballons de baudruche. Il n’y en a pas énormément mais il y a une diversification des supports intéressante à prendre en compte.

EM : Quelles sont les contraintes juridiques liées à ces matériaux ?

OGV : Pour la communication, ce sont tous des documents publics, au sens qu’ils ont été diffusés dans l’espace public. Une profession de foi a été imprimée à des millions d’exemplaires. Il est difficile de dire que c’est un document confidentiel, vraiment très difficile ! Un tract diffusé sur la voie publique était fait pour être connu et un T-shirt que quelqu’un porte dans un meeting, ce n’est pas secret. Donc nous n’avions aucun problème pour la communication sur place dans une salle de lecture.

En revanche, en 2013, quand nous avons lancé le projet Archelec, c’est-à-dire la numérisation des documents destinée à une mise en ligne, certaines problématiques sont apparues. Notre idée était de proposer la numérisation de documents que d’autres institutions n’allaient pas numériser ou n’avaient pas numérisés et puis, d’autre part, de choisir ceux qui pouvaient être utiles à tous et donc nous nous sommes dit que numériser les professions de foi et les bulletins de vote avait vraiment une logique mais les tracts aussi et éventuellement un certain nombre de documents ou d’objets dont j’ai parlé. En revanche, nous avons systématiquement mis de côté la presse parce que nous n’avions pas les droits et que nous avons considéré qu’elle était numérisée par ailleurs, notamment par la BNF. S’est alors posée la question des données personnelles. Chacun peut venir nous demander d’enlever sa profession de foi de la plateforme de diffusion (Internet Archive). Depuis que les documents sont en ligne, nous n’avons eu aucune demande et l’équipe de la Fondation Jean-Jaurès n’a reçu que deux demandes  d’enlever un document analogue de sa base numérisée des Archives socialistes pour des raisons très spécifiques. Une analyse avait été effectuée par un cabinet d’avocats spécialisé pour la bibliothèque de Sciences Po qui montrait que nous ne prenions qu’un risque faible en numérisant ce type de documents. Donc nous avons joué ce jeu et nous avons bien fait parce que, pour l’instant, nous n’avons reçu aucune demande. Nous allons voir ce que cela donnera avec le RGPD. En tout cas, les données personnelles mentionnées sont celles que les personnes souhaitent faire apparaître puisqu’elles les déclarent elles-mêmes. Le choix que nous avons fait pour la mise en ligne est une licence Creative Commons qui permet la réutilisation sans usage commercial et à l’identique en indiquant la source.

EM : Quelles sont les conditions de consultation de ces documents et les principaux usages de recherche que vous avez observés au fil des années ?

OGV : Je continue à recevoir le public régulièrement, en particulier pour tout ce qui n’a pas été numérisé (parce qu’il y a quand même beaucoup de cartons qui ne sont pas numérisés !). Donc vous venez sur place sur rendez-vous et vous consultez les cartons. Nos priorités vont toujours vers les chercheurs, les doctorants et les étudiants de master.

Je reçois beaucoup de demandes concernant Le Pen, Jean-Marie Le Pen puis Marine Le Pen. Cela peut être aussi des demandes parfois assez étonnantes : de plus en plus pour de l’iconographie, de la part d’iconographes, de réalisateurs de films, et beaucoup d’étrangers. Ce sont des demandes vraiment très variées, par exemple, pour un film, il s’agissait simplement d’avoir les deux bulletins de vote de la présidentielle de 1981 pour reconstituer un bureau de vote. Hier j’ai répondu à une demande de la bibliothèque de Sciences Po pour une exposition sur les élections européennes. J’ai prêté une carte du referendum de 1992 sur l’Europe que nous conservons (pour ce type de document, il n’y a pas de cote mais cela fait partie du patrimoine du CEVIPOF). Incontestablement il y a une diversification des usages.

Quand les personnes viennent dans la salle de lecture, l’avantage est que nous avons  un contact direct. Je peux les orienter vers d’autres ressources qui peuvent leur servir pour leurs problématiques de recherche.

EM : Le projet Archelec 4 est un projet que vous co-pilotez avec la Direction des Ressources et de l’Information Scientifique (DRIS) de Sciences Po. Quand cette collaboration a-t-elle commencé et pourquoi ?

OGV : La collaboration avec la bibliothèque de Sciences Po remonte à 2013, quand nous avons décidé de débuter la numérisation des archives électorales. À cette fin, pour le projet Archelec 1, nous avons obtenu un financement à l’automne 2013 qui nous a permis de numériser 35 615 documents des élections législatives (professions de foi et bulletins de vote en recueils).

J’ai travaillé notamment avec Donatienne Magnier, Sylvaine Detchemendy et Pauline Bougon, respectivement responsable du département valorisation-numérisation, chargée de mission Fonds documentaires et bibliothécaire chargée de numérisation à la bibliothèque de Sciences Po. Au fur et à mesure, nous avons mis en œuvre la méthodologie de travail. Nous étions et sommes toujours extrêmement complémentaires. Je n’aurais pas pu mener ce projet toute seule dans mon coin, même si à l’époque j’avais encore une équipe, je n’avais pas toutes les compétences. J’ai surtout des compétences intellectuelles de connaissances du fonds et de la vie politique française de cette période et des connaissances documentaires. Mais je n’avais pas de compétences techniques de numérisation.

EM : Le projet Archelec 4 a été précédé d’Archelec 1, 2 et 3. Pourriez-vous retracer brièvement l’histoire de ces différentes étapes menant à Archelec 4 ?

OGV : Le volet Archelec 1 a été mené dans l’urgence : il fallait mettre tous les documents en ligne dans un délai de 18 mois. C’est pour cette raison que nous avons fait à l’époque le choix de mettre à disposition les documents rassemblés en recueils : législatives de 1958 à 1993 avec le choix à chaque fois de préparer un recueil par tour dans une circonscription d’un département lors d’une élection. Par exemple pour le premier tour, s’il y a douze professions de foi, les douze sont rassemblées dans ce recueil. Idem pour  les bulletins de vote. Pour le second tour, il peut y avoir deux ou trois professions de foi. Nous avons rencontré plusieurs problèmes : d’une part, je pensais que la numérisation et l’association des métadonnées seraient plus simples que cela n’a été le cas et, d’autre part, à l’époque il n’y avait pas de station de numérisation à la bibliothèque, la prestation a été donc externalisée. Il a fallu définir et mettre en œuvre une méthodologie. Nous avons passé plus de temps que prévu sur les questions juridiques et finalement nous étions vraiment très pressées au moment de la mise en ligne pour tenir les délais impartis. Tout n’a pas pu être mis en ligne au moment de la date du rapport que nous avons rédigé pour la Bibliothèque scientifique numérique mais il était possible de montrer qu’une partie était déjà disponible en ligne. D’autre part, à l’époque, il nous fallait aussi trouver une bibliothèque numérique pour héberger nos données. Une comparaison des différents outils disponibles a permis d’identifier Internet Archive comme l’outil le plus adapté.

Le périmètre d’Archelec 1 couvrait les élections législatives sur la période 1958-1993, sauf 1986. Pour Archelec 2, nous nous sommes dit qu’après avoir traité les législatives, évidemment ce qui était le plus important, parce que c’est l’élection-reine pour la France et la plus étudiée au CEVIPOF, c’était de traiter la présidentielle d’autant plus que la mise en ligne coïnciderait avec celle de 2017. Archelec 2 a alors couvert l’élection présidentielle de 1965 jusqu’à 2012. Il s’agissait de beaucoup moins de documents (1200 environ) mais de typologies plus variées : professions de foi, bulletins de vote, tracts, affiches et objets. Cela signifiait une description différente, non plus au recueil mais à la pièce. Le problème était alors de définir les métadonnées descriptives pertinentes pour l’interrogation sur Internet Archive. Par exemple, il y avait beaucoup de tracts en faveur d’un candidat mais aussi beaucoup de tracts opposés à un candidat. Nous avons donc  ajouté un champ “en opposition/en soutien”.

Nous avions laissé de côté l’année 1986 dans le cadre d’Archelec 1 car les élections législatives et les élections régionales avaient eu lieu le même jour donc les deux élections étaient mélangées dans les cartons. D’autre part, le mode de scrutin était différent puisqu’il avait lieu à la proportionnelle. Nous avons alors décidé de traiter ce cas tout à fait particulier dans un troisième volet (Archelec 3) parallèlement à Archelec 4 et 5.

EM : Concernant Archelec 4, quels sont les biais et les limites éventuels de ce corpus pour des recherches ultérieures ?

OGV : Archelec 4 est né du fait qu’il y avait un appel à projets “services aux chercheurs” du GIS (Groupement d’intérêt scientifique) CollEx-Persée. C’était particulièrement intéressant pour nous de candidater dans la catégorie “services aux chercheurs”, notamment parce que j’avais eu beaucoup d’échanges avec une chercheuse française en poste aux Etat-Unis, Caroline Le Pennec, qui me demandait de lui fournir les professions de foi à la pièce et non au recueil. Le choix du recueil avait été fait dans le cadre d’Archelec 1 parce qu’en un an et demi il était impossible à la fois de mettre en ligne manuellement les données et d’autre part d’intégrer les métadonnées à la pièce. C’est pour cette raison que nous ne l’avions pas fait mais c’était par défaut. Le périmètre d’Archelec 4 est donc celui d’Archelec 1 mais avec l’objectif de découper automatiquement les recueils à la pièce et d’y associer les métadonnées.

Pour l’utilisateur d’Internet Archive, ce sera transparent parce qu’il pourra interroger aussi bien les législatives que la présidentielle. Néanmoins la chronologie n’est pas la même : de 1958 à 1993 pour les législatives et de 1965 à 2012 pour la présidentielle (ce qui est volontaire en raison du fait qu’il s’agit en 1965 de la première élection présidentielle au suffrage universel direct). Bien évidemment, nous voudrions compléter les législatives sur une durée plus longue en sachant que je n’ai pas assez de documents rassemblés pour les législatives postérieures à 1993. Nous voudrions aussi compléter par la présidentielle et les législatives de 2017 puisque nous avons déjà les matériaux sous forme numérique pour ces dernières. La suite d’Archelec est à chaque fois liée à des circonstances et à des demandes que nous recevons.

 

Centre de documentation du CEVIPOF.

 

EM : Quelles sont les raisons qui ont mené à offrir un accès distant et pourquoi le choix d’Internet Archive ?

OGV : L’accès distant était une idée que nous avions eu notamment avec Madani Cheurfa, le secrétaire général du CEVIPOF, qui m’avait dit : “tu reçois déjà beaucoup de monde mais il faudrait mettre ces documents à disposition d’un public plus large et pas uniquement composé de chercheurs mais aussi de généalogistes, d’iconographes, de journalistes, de particuliers, de simples curieux, etc.”.

Le choix d’Internet Archive a été très pragmatique. À l’époque d’Archelec 1, nous ne pouvions pas attendre la mise en place d’une bibliothèque numérique. Il nous fallait un outil  visible, robuste, maintenu, immédiatement utilisable et sans coûts supplémentaires. Donc nous avons retenu Internet Archive dans la perspective de pouvoir aussi mettre à terme les documents à disposition  sur une bibliothèque numérique de Sciences Po.

EM : Vous êtes docteur, vous êtes enseignante, vous êtes archiviste, vous pouvez donc comprendre plusieurs points de vue ainsi que différents besoins et objectifs. D’après votre expérience, quelles sont les difficultés d’un côté et les avantages de l’autre dans le dialogue entre archiviste et chercheur ? Vous servez-vous des archives électorales pour vos cours ?

OGV : Je ne rencontre pas de problèmes avec les chercheurs qui viennent travailler au centre de documentation parce qu’ils sont très contents de trouver ce qui les intéresse. Quand un lecteur vient au CEVIPOF pour la première fois, j’ai toujours un entretien avec lui pour savoir quels sont ses besoins et l’orienter dans et hors de Sciences Po. Puis je suis souvent en dialogue avec lui et je suis bien évidemment toujours en interaction avec les chercheurs du CEVIPOF. C’est le grand intérêt d’être dans un laboratoire de recherche. Par exemple, côté mémoire électorale, nous avons des chercheurs comme Guy Groux qui m’aide beaucoup pour l’identification et l’interprétation de logos de partis politiques. L’interaction, pour moi, c’est fondamental et comme j’ai fait une thèse et que j’enseigne, je sais quelles sont aussi leurs préoccupations.

Par ailleurs, j’ai aussi un usage des archives électorales pour mes étudiants en cours. Par exemple, je leur demande de travailler sur une typologie documentaire en master 1 d’histoire. Certains choisissent une profession de foi et l’analysent comme un document d’archives à part entière : comment se situe-t-il par rapport aux autres professions de foi de la même circonscription, par rapport aux autres circonscriptions du département mais aussi par rapport aux autres professions de foi du même parti par exemple.

EM : Archelec 4 n’est pas encore terminé et vous travaillez déjà sur Archelec 5. Quelles sont les prochaines étapes envisagées pour la numérisation ? Quelles sont les perspectives de recherche que les archives électorales peuvent encore ouvrir ?

OGV : Archelec 5 est une demande que j’ai eue à la fois de la part de la bibliothèque et de chercheurs sur les élections européennes puisque la prochaine élection européenne a eu lieu le 26 mai 2019. Nous essayons alors de coller à l’actualité en numérisant les matériaux qui concernent les élections européennes. L’intérêt, c’est aussi de comparer avec les autres pays qui peuvent avoir des documents.

Concernant les perspectives de recherche, énormément de questions n’ont pas été encore posées. Et puis, parmi les demandes originales que nous avons eues l’année dernière, une jeune femme qui a fait Sciences Po et un CAP de pâtisserie voulait allier ses deux passions : la politique et la pâtisserie. Elle a donc ouvert un salon de thé dans le XVIIIe et est venue me voir car elle était intéressée par des documents pour décorer son café. Je lui ai fourni un gros sac de doubles de professions de foi, bulletins de vote, etc. ! Sinon, il y a aussi le sujet du vocabulaire, de la permanence des thèmes et des termes via l’analyse de discours avec des logiciels de fouille de texte comme Iramuteq. Il y a également la dimension d’évolution de l’image. Par exemple,  les professions de foi gaullistes de 1958 ont un fond blanc cassé, tout est en noir et blanc, avec une croix de Lorraine. Ensuite apparaissent la bichromie puis la quadrichromie. Jean Lecanuet est très moderne avec de l’orange. Puis, il va y avoir beaucoup de bleu. Il y a toutes les évolutions de couleurs et la possibilité d’avoir du papier glacé de bonne qualité. En 1958, on n’avait pas du papier extraordinaire donc il y a cette dimension matérielle et iconographique à explorer. Et puis il y a la manière dont les candidats se présentent. Donc je pense que le projet Archelec, avec la mise à disposition des documents numérisés, permet tout cela.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.