Projet Archelec 4 – CollEx-Persée

Le projet Archelec4 est issu de l’appel à projets lancé par le GIS CollEx-Persée en 2018 portant sur la numérisation de corpus pour la recherche et le développement de services aux chercheurs. Il s’inscrit dans la catégorie Services aux chercheurs et est coordonné par la bibliothèque délégataire de Sciences Po et par le Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF). Le projet est financé pour la période de décembre 2018 à juin 2020.

L’objectif de ce projet est de permettre aux chercheurs et aux communautés intéressées d’accéder à de nouvelles formes d’exploitation des métadonnées et des documents du corpus de sources primaires Archives électorales du CEVIPOF (Archelec). Il compte 40 000 documents de nature très diverse (professions de foi, bulletins de vote, tracts, etc.), couvrant les élections françaises présidentielle et législatives de 1958 à 2012, disponibles en accès ouvert sur la plateforme Internet Archive. Archelec4 se focalise sur les élections législatives de 1958 à 1993, soit 33 000 professions de foi concernant 18 400 candidats sur 10 élections.

Cinq lots au service de la communauté de recherche
À travers cinq lots, Archelec4 vise à permettre à la communauté de recherche :

  • de bénéficier d’un accès à la pièce aux professions de foi permettant la constitution de bases de données et la recherche plein texte combinée avec un ou plusieurs critères (lot 1) ;
  • de mener des recherches sur les documents mis en ligne grâce à de nouvelles métadonnées ajoutées et adaptées aux besoins des chercheurs (lot 2) ;
  • d’apporter une nouvelle dimension d’analyse de contenu du corpus à travers l’évolution des logos des partis et organisations politiques pendant la période couverte (lot 3) ;
  • d’être accompagné à l’utilisation de la plateforme Internet Archive dans ses fonctionnalités avancées, à la compréhension de la nature et du périmètre des données du corpus à travers un tutoriel (lot 4) ;
  • de participer à un atelier d’utilisation de la plateforme et d’expérimentation d’outils d’extractions de termes (fouille de texte) (lot 5).
Dépouillement des archives électorales, professions de foi des candidats aux elections legislatives françaises, dans le Centre de documentation du CEVIPOF.

 

Les études électorales et les enjeux
Ce projet s’inscrit dans la tradition des études électorales inaugurées dès le début du siècle par André Siegfried et poursuivies par François Goguel puis par les chercheurs de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) depuis plus de soixante ans, en particulier au CEVIPOF depuis 1960.

La qualité des métadonnées proposées est un enjeu essentiel du projet pour envisager ensuite de les croiser ou de les lier à d’autres corpus, ou de pouvoir comparer plusieurs sources de données, par exemple le bord politique issu des auto-déclarations des candidats à travers les professions de foi provenant des livres blancs du ministère de l’Intérieur ou de la base EDEN du CEVIPOF. La quantité de métadonnées permet d’enrichir la qualité des travaux de recherche, notamment sur les spécificités des candidats et suppléants : sexe, profession et parti ou organisation politique (logos).

Archelec4 s’inscrit dans la continuité des projets de numérisation AAP2013 BSN5 Archelec1 financé, puis Archelec2 (élection présidentielle) et Archelec3 (élections législatives et régionales de 1986), réalisés sur des ressources propres à Sciences Po. Archelec 5 (européennes) est également en cours de préparation en interne. Dans ce contexte, l’objectif d’Archelec4 est de d’adapter le corpus existant aux nouveaux usages des humanités numériques tout en renforçant l’action de Sciences Po sur la diffusion des données électorales.

Les porteurs et partenaires du projet
Les co-porteurs d’Archelec4 sont la Direction des ressources et de l’information scientifique (DRIS) de Sciences Po et le Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF). Le conseil scientifique inclut Nicolas Sauger, chercheur au Centre d’études européennes (CEE), Caroline Le Pennec, doctorante en économie à l’Université de Berkeley (États-Unis), Paul Vertier, chercheur en économie au sein du Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP).

À propos des co-porteurs :

  • La bibliothèque de Sciences Po, héritière de la bibliothèque de l’École libre des sciences politiques (ELSP) créée en 1872, conserve plus d’un million de volumes en sciences sociales, a été CADIST en science politique depuis 1982, et est devenue bibliothèque délégataire du GIS «CollEx-Persée» en 2017 (sa collection en science politique étant labellisée Collex). En 2015 la bibliothèque devient la Direction des ressources et de l’information scientifique (DRIS), élargissant son périmètre d’activités à tous les processus liés à l’acquisition, la production et la diffusion des ressources documentaires, archivistiques, pédagogiques et de recherche. Dans ce contexte, elle lance en 2013, un programme de numérisation et mise en ligne en accès libre de fonds d’archives électorales collectées par le CEVIPOF et à sa demande.
  • Créé en 1960, le CEVIPOF a pour vocation l’analyse des comportements, forces, institutions et grands courants qui structurent la vie politique. Les travaux des chercheurs ont conduit à créer un fonds d’archives électorales, constitué dès les années cinquante par les électoralistes eux-mêmes, notamment François Goguel, Alain Lancelot, Jean Ranger et Jean-Luc Parodi, et qui s’est poursuivi jusqu’à nos jours, en particulier grâce à Guy Michelat.

Un partenariat avec le ministère de l’Intérieur a permis un envoi systématique des documents officiels : professions de foi et bulletins de vote des élections législatives (1958-1993). Les documents de campagne électorale ont ensuite été rassemblés par le biais de dons personnels spontanés ou provoqués. Ce fonds a aussi été augmenté selon les périodes par les dossiers de travail des chercheurs, comme Alain Lancelot, François Goguel ou Colette Ysmal. Il est aujourd’hui destiné en interne aux chercheurs pour la préparation d’ouvrages, rapports, communications ou article et aux doctorants pour leur thèse, et en externe aux chercheurs, enseignants, étudiants, iconographes, réalisateurs de films, politiques, etc. Le fonds est très utilisé et mieux mis en valeur grâce à un accès en ligne sur Internet Archive rendu possible grâce à la coopération avec la bibliothèque de Sciences Po.

En savoir plus sur Archelec
Odile Gaultier-Voituriez, « Archelec, les archives électorales de la Ve République, du papier au numérique », Histoire@Politique, [en ligne], n° 30, septembre-décembre 2016, www.histoire-politique.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.